Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.

Origine, adaptation et évolution de Plasmodium falciparum dans un nouvel environnement : Analyse d’une espèce invasive

 

Erhan YALCINDAG

le Jeudi 08 Décembre 2011 à 14:00 dans l'amphithéàtre du bàtiment des plantes, au Centre IRD de Montpellier.

 

Le jury sera composé de :
 
- Tatiana Giraud (Rapportrice)
 
- André Theron (Rapporteur)
 
- Carlo Severini (Examinateur)
 
- Emmanuel Douzery (Examinateur)
 
- François Renaud (Co-directeur de thèse)
 
- Franck Prugnolle (Directeur de thèse)
 
 

 

Résumé : La biologie évolutive permet de comprendre et de retracer l’origine des espèces ou des populations, de comprendre leurs dispersions dans différentes zones et d’analyser les différentiations résultant de ces évolutions. L’invasion biologique et les espèces envahissantes en général sont de bons modèles pour étudier et comprendre l’adaptation à de nouveaux environnements. Plasmodium falciparum, un protozoaire parasite agent du paludisme, a envahit de nouvelles populations hôtes et de nouvelles espèces de vecteurs à plusieurs reprises. Notre objectif était d’étudier (i) l’introduction, l’origine et la distribution de P. falciparum dans des environnements radicalement différents : dans une nouvelle aire géographique tout d’abord (en Amérique du Sud) puis dans une nouvelle espèce hôte (chez les primates) et (ii) de déterminer les gènes potentiellement impliqués dans l’adaptation à ces nouveaux environ nements. Ces questions ont été abordées à travers différentes approches réunissant des analyses de génétique des populations, de phylogéographie ainsi que des analyses phylogénétiques. Les résultats obtenus démontrent pour la première fois que, P. falciparum a été introduit par l’homme au moins à deux reprises en Amérique du Sud à partir de l’Afrique. Cette thèse a aussi permis de démontrer pour la première fois que ce parasite circule naturellement chez les primates non-humains. L’analyse des patrons de sélection sur des gènes candidats jouant un rôle dans l’invasion des hématies par le parasite a été réalisée afin de déterminer si des évolutions adaptatives particulières avaient opérées sur ces gènes dans ces nouveaux environnements. L’ensemble de nos résultats démontrent que P. falciparum peut être considéré comme une espèce envahissante et que ce parasite n’est en fait pas spécifique à l’homme. L’ensemble de not re travail nous a permis d’avancer dans la connaissance de ce modèle biologique en termes de stratégie d’émergence ou de réémergence dans différents environnements. Nos résultats soulignent les changements qui ont opéré dans la distribution géographique et l’émergence du spectre d’hôte utilisé par P. falciparum au cours de son histoire évolutive passée et présente ce qui peut laisser craindre d’autres évolutions à l’avenir.

 

 
Mots clés : Invasion biologique, espèce invasive, parasite, origine, adaptation, sélection, maladies émergente, Plasmodium falciparum, Amérique du Sud, génétique des populations, phylogéographie, marqueurs moléculaires, singes.