Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.

 

Diversité et adaptation des parasites : Formation de races d’hôtes chez la tique Ixodes uriae

 

Muriel DIETRICH

 

le Jeudi 13 Octobre 2011 à 9h30 dans l’amphithéâtre du bâtiment des plantes, au Centre IRD de Montpellier.

Le jury sera composé de :

- Sara Magalhães (Rapporteur)

- Philippe Christe (Rapporteur)

- Flavie Vanlerberghe (Examinateur)

- Denis Bourguet (Examinateur)

- Gwenaël Vourc’h (Examinateur)

- Karen McCoy (Directrice de thèse)

 

Vous êtes également tous cordialement invités au pot qui suivra, en salle 161 (Centre IRD)

 

Résumé:

La spécialisation des parasites vis-à-vis de leur(s) hôte(s) et la formation de races d’hôtes sont des processus évolutifs clés dans le maintien et l’émergence de la diversité au sein des populations de parasites. Notre objectif était d’étudier ces processus chez Ixodes uriae, une tique d’oiseaux marins présentant une vaste distribution géographique et une large diversité d’hôtes, afin de mieux comprendre le rôle relatif des contraintes liées à l’hôte et aux facteurs géographiques dans l’évolution et la diversification de ce parasite. Cette question a été abordée à travers différentes approches réunissant des analyses de génétique des populations et de phylogéographie, des analyses morphologiques et une approche expérimentale sur le terrain. Les résultats obtenus montrent que le facteur spatial joue un rôle important dans la diversification d’I. uriae puisque quatre grands groupes géographiques génétiquement isolés ont été identifiés. L’évolution de races d’hôtes est également un processus récurrent de l’évolution d’I. uriae, même si la divergence entre races est plus ou moins marquée d’une région à l’autre. L’évolution des races semble impliquer une préférence d’hôte chez la tique ainsi que des contraintes adaptatives liées à l’hôte, de type mécanique ou physiologique (e.g., bec des oiseaux, digestion du sang, réponse immunitaire). L’ensemble des résultats est cohérent avec la notion d’évolution en mosaïque géographique qui prédit que les interactions entre espèces peuvent évoluer de manière différente dans un contexte spatial hétérogène ; ce qui souligne l’importance des caractéristiques écologiques des hôtes dans la diversification de la tique I. uriae. D’après nos résultats et ceux de différents collègues, la spécialisation d’hôte pourrait s’avérer être un processus commun chez les tiques et donc avoir de profondes implications épidémiologiques pour les pathogènes qu’elles transmettent.

 

Mots clés : interactions hôtes-parasites, adaptation, spécialisation, tiques, Ixodes uriae, génétique des populations, phylogéographie, morphologie.