Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.

Abel Biguezoton soutiendra sa thèse intitulée

Invasion biologique & écologie de la santé vétérinaire : Le cas des communautés de tiques et pathogènes associés au Bénin et au Burkina Faso à l’heure de leur invasion par la tique du bétail Rhipicephalus (Boophilus) microplus

 

le mercredi 16 mars à partir de 14h30 à l’amphithéâtre de l'IRD à Montpellier.

 

Jury :
Mme Sarah Bonnet, DR INRA, UMR BIPAR Rapporteur
M. Olivier Plantard, DR INRA, UMR BIOEPAR Rapporteur
M. Guiguigbaza-Kossigan DAYO, CR CAMES, CIRDES Chercheur invité
M. Souaibou Farougou, Pr Université Abomey-Calavi Co-directeur
Mme Christine Chevillon, CR CNRS, UMR MIVEGEC Co-directrice

 

Résumé :

L’élevage bovin représente un secteur économique clé en Afrique de l’ouest dont le développement est fortement contraint par les tiques et les pathogènes qu’elles transmettent. Cet état des lieux s’est aggravé depuis 2002 du fait de l’invasion de cette région par l’espèce de tique associée aux plus fortes pertes économiques au niveau mondial : Rhipicephalus (Boophilus) microplus. Certains auteurs avaient même annoncé (sans véritablement le tester) que R. microplus était en train de remplacer les tiques natives du même sous-genre Boophilus au sud du Bénin et en Côte d’Ivoire. Nos travaux ont consisté à (i) tester les possibles effets de l’installation de R. microplus au Bénin et au Burkina Faso sur les communautés tant de tiques que des pathogènes qu’elles transmettent au bétail et (ii) à comprendre les mécanismes populationnels impliqués dans l’invasion de R. microplus en cours. Des collectes mensuelles de tiques et de sang ont été réalisées pendant 12 mois sur 144 vaches de ces deux pays. Nos analyses démontrent, que loin du remplacement d’espèces suspecté, l’installation de R. microplus s’est accompagnée d’une augmentation de la charge parasitaire réalisée par différentes espèces natives sur des bovins dans certaines régions. Le centre Burkina Faso fait exception : l’espèce invasive n’a pas réussi à s’installer dans cette région où les rares espèces natives ont vu leur abondance diminuer au cours de la dernière décennie. Les impacts de l’installation de l’espèce invasive sur les communautés de pathogènes transmis par les tiques du bétail font appel à des processus plus complexes. Ainsi, nous avons mis en évidence des interactions tantôt positives tantôt négatives entre les espèces de pathogènes transmis au bétail par les tiques du sous-genre Boophilus. Par ailleurs, nous avons mis en évidence l’existence de transmission transovarienne de l’agent de la cowdriose (Ehrlichia ruminantium) chez R. microplus qui n’était pas censé être compétente pour ce pathogène dont les vecteurs appartiennent au genre Amblyomma. Ces analyses des conséquences de l’installation de l’espèce de tique invasive sont compétées par une première étude de génétique des populations de R. microplus. Les échantillonnages se sont effectués le long d’un transect nord-sud au Bénin ainsi qu’au sein de deux troupeaux burkinabés conduits par des éleveurs Peulh pratiquant une transhumance saisonnière à longue distance en saison sèche. Ceci nous a permis de montrer que, huit ans après l’importation accidentelle de R. microplus au sud Bénin, les populations installées avaient atteint des équilibres mutation/dérive et migration/dérive et que la transhumance saisonnière s’accompagnait bien de dispersion à longue distance de R. microplus. Ces résultats sont discutés tant vis-à-vis de la compréhension de la nouvelle situation vétérinaire des troupeaux bovins béninois et burkinabés que dans une perspective de protection de la santé des troupeaux.

 

Mots clés : Rhipicephalus (Boophilus) microplus, invasion, interactions, génétique des populations, Afrique de l’ouest.