Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.


Alexandra MARIE vous informe qu'elle soutiendra sa thèse le vendredi 4 avril à 10h dans l’amphithéâtre des Plantes du Centre IRD France Sud (911, Av Agropolis à Montpellier), sur le thème

Identification et validation de biomarqueurs immuno-épidémiologiques pour évaluer l’exposition humaine aux piqûres d’Anopheles, vecteur de paludisme

 

 

Devant le jury composé de:

Mme Valérie Choumet, Chargé de Recherche, Institut Pasteur               Rapporteur

Mr Lionel Almeras, Chargé de Recherche, Aix Marseille Université         Rapporteur

Mme Sylvie Manguin, Directeur de Recherche, IRD                                 Examinateur

Mr Vial Henri, Directeur de Recherche, Université Montpellier II              Examinateur

Mr Remoue Franck, Chargé de Recherche, IRD                                       Examinateur

Mme Dorothée Missé, Chargé de Recherche, IRD                                    Directrice de thèse

Mr Bruno Arcà, Professeur associé, Sapienza Università di Roma           Co-directeur de thèse

 

Résumé :

Le paludisme constitue un problème majeur de santé publique en zone tropicale et subtropicale. La morbidité ainsi que la mortalité  sont  principalement dû au parasite Plasmodium falciparum transmis à l'homme par la piqûre de moustiques femelle du genre Anopheles. Dans le but d’orienter au mieux les stratégies d’élimination du paludisme et d’une meilleure évaluation de l'efficacité des méthodes de lutte, les indicateurs mesurant le risque de transmission doivent être plus sensibles. Il a été montré que la réponse anticorps humaine contre des protéines/peptides salivaires d'Anopheles représente un bio-marqueur d'exposition aux piqûres de moustiques et pouvait être un indicateur de la transmission du paludisme. Toutefois cet outil doit être optimisé. Ce travail a ainsi un double objectif : i) valider la protéine salivaire CE5 comme bio-marqueur d'exposition aux piqûres d’Anopheles et comme indicateur évaluant l'efficacité de stratégie de lutte anti-vectorielle, et 2) identifier de nouvelles protéines salivaires comme candidat bio-marqueur spécifique à l’exposition de l’homme aux seules piqûres infectantes d’Anopheles.

Tout d’abord, nous avons démontré que la réponse anticorps IgG contre la protéine CE5 pourrait être un indicateur du contact homme-vecteur, complémentaire et très sensible, en mesurant l'exposition de l’homme aux piqûres d’Anopheles et un outil évaluant l'efficacité, à court terme, des moustiquaires imprégnées d'insecticide. Par la suite, les méthodes de protéomique 2D-DIGE et de spectrométrie de masse ont permis d'identifier cinq protéines salivaires (gSG6 , gSG1b , TRIO , SG5 et la D7 longue forme) qui sont surexprimées dans les glandes salivaires d'An. gambiae infectées par P. falciparum. Des peptides de chaque protéine, définis in silico, apparaissent antigéniques chez des individus exposés aux piqûres d'Anopheles, après évaluation par la technique d’épitope mapping.

L’ensemble de ces travaux est non seulement une première étape pour optimiser cet outil immuno-épidémiologique évaluant le contact homme-vecteur mais démontre également la possibilité de définir un nouveau bio-marqueur qui serait spécifique des piqûres infectantes d’Anopheles.

Mots clés : paludisme, bio-marqueur, protéines/peptides salivaire, Anopheles gambiae, Plasmodium falciparum, réponse anticorps, protéomique