Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.

Nicolas POCQUET vous invite à sa soutenance de thèse qui aura lieu le 28 mars 2014 à 10H, dans l’amphithéâtre du Centre IRD, bâtiment des plantes, au 911 av d’Agropolis à Montpellier.

 

Ce travail intitulé

Résistances aux insecticides chez les Culicidae vecteurs en territoires insulaires

 

sera soutenu devant le jury composé de :

M. Gérard DUVALLET, Professeur Emérite, Université de Montpellier 3 (Rapporteur)
M. Claudio LAZZARI, Professeur, Université de Touurs (Rapporteur)
M. Christophe LAGNEAU, Directeur R&D, EID Méditerranée (Examinateur)
M. Pierrick LABBE, Maitre de Conférence, Université de Montpellier 2 (Examinateur)
M. Fabrice CHANDRE, Chargé de Recherche, (IRD Codirecteur)


Résumé :

La résistance aux insecticides est un phénomène naturel d’adaptation des insectes. Lorsqu’elle apparaît dans une population de vecteur, elle compromet les interventions de lutte antivectorielle, et limite les possibilités de contrôle des agents pathogènes qu’ils transmettent. La résistance aux insecticides chez les Culicidae vecteurs est largement répandue de par le monde, et on la retrouve notamment dans les territoires insulaires. Cependant, l’isolement géographique des îles influe sur la présence et la distribution des allèles de résistance. En travaillant sur quatre espèces de moustiques dans plusieurs contextes insulaires, nous nous sommes attachés à (i) évaluer les niveaux de résistance et à caractériser les mécanismes impliqués, (ii) identifier les facteurs, contextuels et/ou évolutifs, expliquant la présence et la distribution des gènes de résistance chez certaines de ces espèces, et (iii) évaluer de nouveaux outils de lutte pouvant être mis en place dans le contexte insulaire particulier que représente Mayotte. Nos résultats montrent une forte résistance de Culex p. quinquefasciatus à toutes les familles d’insecticides utilisées jusqu'à présent dans l’Océan Indien. Cependant, la distribution de ces mécanismes de résistance a présenté une forte hétérogénéité régionale, les allèles de résistance n’étant pas présents dans toutes les îles et/ou pas aux mêmes fréquences. De plus, à une échelle plus locale sur l’île de Mayotte, il existe de fortes disparités entre les espèces étudiées en terme de résistance. Ces différences inter-espèces, intra-île et inter-îles sont discutées en fonction de l’influence des pressions de sélections locales et de leurs sources, et du coût génétique des différents allèles présents. Des propositions d’évolution des pratiques de lutte à Mayotte sont énoncées, intégrant les nouveaux outils que nous avons évalués sur le terrain.


Mots clés : résistance aux insecticides ; Culicidae ; lutte antivectorielle ; paludisme ; arbovirose ; milieux insulaires