Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.



Majoline TCHIOFFO TSAPI (unité MIVEGEC-UMR 224) soutiendra sa thèse le jeudi 19 décembre 2013, à 10h, dans l’amphithéâtre des plantes (centre IRD / Montpellier), devant le jury composé de :


M. Eric MAROIS, CR1, CNRS-Strasbourg                                         Rapporteur
Mme Sarah BONNET, CR1, INRA, Maisons-Alfort                             Rapporteur    
M. Benjamin A. NKOUM, Directeur ESS/UCAC, Yaoundé                 Examinateur
M. Damien DUBOIS, MCU-PH, Université de Toulouse III                 Examinateur
M. Henri VIAL, DR1, Université Montpellier 2                                     Examinateur
Mme Isabelle MORLAIS, CR1, IRD-MIVEGEC                                  Directrice de thèse               
M. Antoine BERRY, PU-PH, Université de Toulouse III                      Co-directeur de thèse



Interactions génomes*environnement dans le système vectoriel Anopheles gambiae / Plasmodium falciparum : rôle de la flore microbienne du moustique dans la modulation du développement de P. falciparum



Résumé :

Le parasite Plasmodium  falciparum, responsable des formes graves du paludisme chez l’homme, est transmis par Anopheles gambiae, son principal vecteur en Afrique sub-saharienne. Les nouvelles stratégies de lutte contre la maladie visent à  limiter ou à interrompre le développement du parasite chez le moustique vecteur, et il est donc nécessaire d’améliorer notre compréhension des interactions entre le vecteur, son environnement et le parasite. L’objectif de ce projet de thèse a été de caractériser la flore microbienne du vecteur An. gambiae en conditions naturelles de transmission, d’étudier le rôle des principales espèces bactériennes colonisant l’estomac du moustique sur le développement de P. falciparum et de mesurer l’influence des bactéries sur la réponse immunitaire des moustiques femelles et leur capacité à transmettre le parasite. Pour mener à bien ce projet, nous avons collecté des populations de moustiques sauvages au Cameroun pour la caractérisation de la flore microbienne, nous avons ensuite exposé des moustiques de la colonie de laboratoire Ngousso à des cultures bactériennes puis infecté ces moustiques avec des isolats naturels de P. falciparum. Notre étude a montré que les souches bactériennes naturelles de l’intestin du moustique Serratia, Pseudomonas et Escherichia réduisaient la prévalence et l’intensité de l’infection et que le degré d’inhibition variait selon les taxons bactériens et les porteurs de gamétocytes. L’analyse des flores bactériennes des différents épithéliums de l’insecte par pyroséquençage a révélé des similarités entre la flore intestinale et celles retrouvées dans les ovaires et les glandes salivaires pour un même moustique. Les analyses d’expression suggèrent que la régulation de l’expression des gènes l’immunité par les bactéries intestinales pourrait participer à la modulation de la réponse antiplasmodiale. Les mécanismes impliqués dans les interactions bactéries-Plasmodium-vecteur sont complexes et multifactorielle et la modélisation de l’ensemble des interactions qui permettent à P. falciparum d’accomplir son cycle chez le moustique vecteur sera nécessaire pour envisager de nouvelles méthodes de lutte efficaces et durables.