Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.

Caroline Fouet soutiendra sa thèse le 14 décembre à 14h dans l'amphithéâtre du bâtiment des plantes.

 

CARACTÉRISATION DE QUELQUES PHÉNOTYPES LIÉS À LARIDITÉ ET À LA TEMPÉRATURE CHEZ ANOPHELES GAMBIAE SENSU STRICTO (GILES, 1902)


Résumé

Grâce aux progrès réalisés en matière de séquençage, les génomes de nombreux organismes sont connus et disponibles. La génomique fonctionnelle est donc un axe de recherche actuellement en plein essor. Cependant, bien que la base de données génétiques soit conséquente, son homologue sur les données phénotypiques peine à se mettre au même niveau. On fait face au phénomène du « phenotype gap » traduisant une carence en phénotypes. Tous les organismes dont le génome a été séquencé sont confrontés à ce problème, y compris Anopheles gambiae.

A. gambiae fait preuve d’une extrême ubiquité environnementale et la caractérisation des phénotypes associés à son adaptation à divers contextes écologiques ainsi que la recherche des gènes impliqués dans cette adaptation font partie des principaux axes de recherche postérieurs au séquençage du génome de ce diptère.

Nous avons donc cherché à étudier les phénotypes liés à l’aridité et à la température chez l’espèce nominale du complexe A. gambiae. Nous avons mesuré la résistance à la dessiccation de moustiques adultes d’A. gambiae s.s. et étudié les températures préférentielles des larves, en mettant au point un nouveau système d’étude : le shuttlebox.

Nos résultats ont contribué à la mise au point de deux dispositifs expérimentaux permettant d’étudier deux phénotypes qui sont d’un intérêt majeur dans la compréhension des capacités d’adaptation d’A. gambiae s.s. à son environnement. Les différences de résistance à la dessiccation mises en évidence entre les différents caryotypes liés à l’inversion chromosomique 2La et entre les formes moléculaires M et S offrent des pistes intéressantes pour l’identification de facteurs génétiques impliqués dans la divergence écologique au sein de ce complexe d’espèces.

Mots clés : phénotype – Anopheles gambiae – aridité – température – inversion chromosomique – forme moléculaire