Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.

Comprendre et contrôler la transmission des agents pathogènes nécessite d’avoir une connaissance précise des différentes composantes des systèmes pathogènes (parasites ou virus, hôtes vertébrés, vecteurs) et de leurs environnements. L’unité MIVEGEC développe ainsi une approche systémique qui vise à identifier et mesurer l’effet des paramètres biotiques et abiotiques qui régissent la dynamique des populations et en façonnent la niche écologique, à différentes échelles géographiques et temporelles. Ces recherches combinent les méthodologies de la géomatique, de l’écologie fonctionnelle et comportementale et de la morphométrie. Elles mettent en évidence des associations entre paramètres biotiques et environnementaux, permettent de décrire et comprendre la structure des communautés au sein des écosystèmes, d'identifier des phénotypes d’intérêt et en étudier la plasticité. Les chercheurs explorent enfin la physiologie, le comportement et les interactions communautaires dans les écosystèmes (compétition, prédation, traits d’histoire de vie des différentes espèces et populations impliquées).

De nombreux modèles sont considérés :

  • Leishmania / phlébotomes,

  • Plasmodium / Anopheles et Culex,

  • Trypanosoma / Triatoma,

  • Arboviruses / Aedes, Borrelia,

  • Babesia / Ixodidae,

  • les pathogènes d’insectes,
  • Toxoplasma,

  • Mycobacterium sp.,

  • le virus Influenza...