Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.

Afin d’unifier les approches descriptives, explicatives et prédictives, l'unité MIVEGEC attache beaucoup d’importance à l’intégration de l’ensemble des données recueillies. En fonction des questions scientifiques abordées, différents modèles mathématiques et modèles biologiques sont étudiés. Ces derniers concernent les vecteurs de Plasmodium ; la transmission des virus dengue, Chikungunya et Influenza, des Mycobactéries responsables de la tuberculose et de l'ulcère de Buruli et des méningocoques.

Dans le but d’appréhender les mécanismes biotiques et abiotiques qui permettent d’expliquer l’introduction, la diffusion ou la persistance d’agents pathogènes ou de vecteurs dans l’environnement ; et d’estimer les conséquences des interventions humaines (vaccination, traitement, lutte antivectorielle, modifications des écosystèmes, changements climatiques) sur les dynamiques de transmission, l'unité aborde en particulier les aspects suivants :

  • Modélisation de la niche écologique en prenant en compte les interactions vecteurs-environnement et gènes-environnement.
  • Modélisation des dynamiques des écosystèmes en lien avec les changements globaux et la santé des populations humaines et animales.
  • Modélisation des interactions entre diversité biologique et santé humaine et animale.
  • Modélisation des dynamiques épidémiologiques et évolutives des maladies infectieuses.