Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.

Caroline Fouet soutiendra sa thèse le 14 décembre à 14h dans l'amphithéâtre du bâtiment des plantes.

 

CARACTÉRISATION DE QUELQUES PHÉNOTYPES LIÉS À LARIDITÉ ET À LA TEMPÉRATURE CHEZ ANOPHELES GAMBIAE SENSU STRICTO (GILES, 1902)


Résumé

Grâce aux progrès réalisés en matière de séquençage, les génomes de nombreux organismes sont connus et disponibles. La génomique fonctionnelle est donc un axe de recherche actuellement en plein essor. Cependant, bien que la base de données génétiques soit conséquente, son homologue sur les données phénotypiques peine à se mettre au même niveau. On fait face au phénomène du « phenotype gap » traduisant une carence en phénotypes. Tous les organismes dont le génome a été séquencé sont confrontés à ce problème, y compris Anopheles gambiae.

A. gambiae fait preuve d’une extrême ubiquité environnementale et la caractérisation des phénotypes associés à son adaptation à divers contextes écologiques ainsi que la recherche des gènes impliqués dans cette adaptation font partie des principaux axes de recherche postérieurs au séquençage du génome de ce diptère.

Nous avons donc cherché à étudier les phénotypes liés à l’aridité et à la température chez l’espèce nominale du complexe A. gambiae. Nous avons mesuré la résistance à la dessiccation de moustiques adultes d’A. gambiae s.s. et étudié les températures préférentielles des larves, en mettant au point un nouveau système d’étude : le shuttlebox.

Nos résultats ont contribué à la mise au point de deux dispositifs expérimentaux permettant d’étudier deux phénotypes qui sont d’un intérêt majeur dans la compréhension des capacités d’adaptation d’A. gambiae s.s. à son environnement. Les différences de résistance à la dessiccation mises en évidence entre les différents caryotypes liés à l’inversion chromosomique 2La et entre les formes moléculaires M et S offrent des pistes intéressantes pour l’identification de facteurs génétiques impliqués dans la divergence écologique au sein de ce complexe d’espèces.

Mots clés : phénotype – Anopheles gambiae – aridité – température – inversion chromosomique – forme moléculaire

 

 


Amphithéâtre Agropolis à 10h vendredi 23/11/12

Vous êtes invités à partager un verre ensuite dans la mezzanine d'Agropolis.

 

Résumé

L’émergence de maladies telles que le SRAS et le SIDA au cours des dernières décennies a fait prendre conscience des liens étroits existant entre santé animale, santé humaine et santé des écosystèmes. En effet, les pathogènes émergents ont pour la plupart une origine zoonotique (i.e. ils circulaient à l’origine au sein des populations animales). Les risques sanitaires associés à ces émergences sont en constante évolution sous l’influence des changements globaux qui modifient les écosystèmes et les contacts entre les hôtes. La prévention et le contrôle des maladies infectieuses émergentes nécessitent la compréhension de leur dynamique dans l’ensemble des compartiments dans lesquels elles circulent. Le travail présenté ici avait pour objectif d’améliorer cette compréhension au sein des zones humides méditerranéennes en ce concentrant sur deux pathogènes émergents : les virus Influenza A (VIA) et le virus West Nile.  Il a été structuré selon trois axes de recherche : i) Utiliser la surveillance épidémiologique de l’avifaune sauvage pour comprendre la circulation du virus West Nile dans le bassin méditerranéen ii) Comprendre la dynamique des VIA au sein des différents compartiments où ils circulent et à leur interface iii) Comprendre le rôle des conditions environnementales dans la dynamique des VIA notamment au sein des populations humaines. Nos résultats mettent en évidence l’intérêt de mener des études multidisciplinaires sur le long terme pour comprendre l’épidémiologie des maladies émergentes. Ils soulignent également le rôle des activités anthropiques et des conditions environnementales dans la dynamique de ces maladies. Nos études apportent des éléments de réflexion pour allier gestion des risques d’émergence et gestion des écosystèmes et des populations. Elles encouragent à développer ce type d’approche afin de relever le défi de la prévention et du contrôle des pathogènes émergents.

Mots clés : écologie de la santé, maladies infectieuses émergentes, changements globaux, zones humides, Méditerranée, Camargue, virus influenza A, virus West Nile.

_____________________________________________________________________________________________________

Abstract

During the last decades, the emergence of numerous infectious diseases such as SARS and AIDS has raised awareness of the close links that exist between animal health, human health and ecosystem health.  Many of the emerging pathogens have a zoonotic origin (i.e. they originally circulated among animal populations). The health risks associated with the emergence of these diseases are progressing under the influence of global changes that affect ecosystems and contacts between hosts.  The prevention and control of emerging infectious diseases require an in-depth understanding of their dynamics in all the compartments in which they occur. The aim of the present work is to improve our understanding of these phenomena within the context of Mediterranean wetlands by focusing on two emerging pathogens: Influenza A viruses (IAV) and West Nile virus.  The thesis is structured around three research axes i) Using epidemiological surveillance of wild birds to investigate the circulation of West Nile virus in the Mediterranean Basin ii) Exploring IAV dynamics in the different compartments in which they circulate and at their interface iii) Determining the role of environmental conditions in IAV dynamics, especially within human populations. Our results highlight the value of long-term interdisciplinary studies for the understanding of the epidemiology of emerging diseases. They also emphasize the role of human activities and environmental conditions in the dynamics of these diseases. Our studies open up perspectives for combining emerging disease risk management and the management of ecosystems and populations. They also argue in favour of further developing this type of approach in order to meet the challenge of emerging pathogen prevention and control.

Keywords: health ecology, emerging infectious diseases, global changes, wetlands, Mediterranean, Camargue, influenza A virus, West Nile virus.

 

 

Marion VITTECOQ

 

 

 

J'ai le plaisir de vous inviter à ma soutenance d’HDR intitulée

 

Vecteurs du paludisme « into the wild »,  Interactions avec l’environnement, les parasites et les hôtes vertébrés

 

La soutenance aura lieu le Lundi 27 Février 2012 à 14:30 dans l'amphithéâtre Agropolis. Pour clôturer la soutenance, un apéritif vous sera offert à partir de 18H00 environ à l'IRD.

 

Le jury sera composé de :

- Dr Antoine Berry, CHU Toulouse, France (Rapporteur)

- Pr Gérard Duvallet, Université Montpellier, France (Examinateur)

- Pr Guillaume Mitta, Université de Perpignan, France (Rapporteur)

- Dr Richard Paul, Institut Pasteur, Paris, France (Rapporteur)

- Dr Frédéric Tripet, Keele University, Royaume Uni (Examinateur)

- Dr Mylène Weill, CNRS, Montpellier, France (Examinatrice)


Anna Cohuet

 

 

 

 


Isabelle MORLAIS à le plaisir de vous inviter à sa soutenance d'HDR intitulée :

Anopheles gambiae/Plasmodium falciparum : d’un couple vecteur-parasite à un écosystème évolué

 

la soutenance aura lieu le mardi 25 septembre 2012, à amphithéâtre Agropolis à 13h30. elle vous y convie; comme il se doit, un pot suivra à la cantine de l’IRD à partir de 17h.

Vous trouverez ci-dessous le résumé et la composition des membres du jury.

 

Résumé : En conditions naturelles, le système An. gambiae/P. falciparum constitue un écosystème complexe, où le génome du parasite, le génome du moustique et les facteurs environnementaux interagissent pour pérenniser la transmission. L’efficacité des méthodes de lutte contre le paludisme dépendra donc de notre bonne compréhension de ces interactions. Je me suis intéressée aux facteurs du moustique impliqués dans la transmission homme/vecteur en débutant par des approches basées sur l’identification de gènes candidats, puis par des approches fonctionnelles, génomiques et métagénomiques. L’identification de gènes candidats, puis la mesure de leur effet sur l’infection par invalidation des gènes a permis de mieux comprendre les voies de signalisation mises en œuvre au cours de l’infection. Des analyses génomiques par microarrays ont ensuite indiqué des différences de régulation de la réponse transcriptionnelle en fonction de la charge parasitaire. Nous avons démontré que la complexité de l’isolat de parasites influe également sur le niveau de la réponse immunitaire du moustique, la compétition entre les différents génotypes de parasites affectant le rendement parasitaire. Enfin, l’analyse de la flore bactérienne intestinale d’An. gambiae, que nous avons obtenue grâce à  des données de pyroséquençage, a montré une corrélation positive entre la présence d’entérobactéries dans l’intestin des moustiques et la prévalence de l’infection par P. falciparum, les Enterobacteriaceae en conditions naturelles coopéreraient alors avec les parasites pour assurer leur transmission.  Les avancées que nous avons réalisées au Cameroun et à Montpellier ont révélé que le couple An. gambiae/P. falciparum constitue non seulement un couple vecteur-parasite efficace mais qu’il représente aussi un écosystème évolué.

 

Composition du jury :

Catherine Bourgouin Institut Pasteur, Paris

Sarah Bonnet,  USC INRA Bartonella-tiques, ANSES, Paris

Charlotte Behr,  UMR CNRS 5164, Université Bordeaux-2, Bordeaux

Henri Vial,  CNRS UMR 5235, Université Montpellier II, Montpellier

Denis Tagu,  UMR INRA-Agrocampus BiO3P, Le Rheu Rennes

Françoise Benoit-Vical,  CHU Toulouse Rangueil, Toulouse

 

Histoire démographique, adaptation et coévolution dans les systèmes hôtes-parasites

 

Franck PRUGNOLLE

 

le mardi 24 Janvier 2012 à 14h dans l'Amphi des Plantes à l'IRD


Vous êtes aussi invité au banquet qui suivra