Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.


Des recherches originales montrent le rôle des déplacements  automobiles dans la dispersion du moustique tigre en Europe. Habituée des transports de marchandises, l'espèce invasive sait aussi profiter de l'habitacle des véhicules pour se propager. Et 5 voitures sur 1 000 pourraient en emmener.

> voir le communiqué de presse

Contact : David ROIZ




 

 

 

Les travaux d’un consortium scientifique (dont le Mivegec) lèvent le voile sur le génome du moustique vecteur du paludisme.

Son fort polymorphisme génétique éclaire le développement et la propagation rapide de résistances aux insecticides.

Il pourrait aussi complexifier les stratégies de lutte géniques.

> voir le communiqué de l'IRD

 

 

Contacts : Carlo COSTANTINI & Diego AYALA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La prochaine assemblée générale de MIVEGEC se déroulera le 27 Octobre prochain à Montpellier à Agropolis international à l’amphithéâtre Louis Malassis

> voir le programme

Pour les personnes ne pouvant être physiquement présentes un lien streaming sera transmis rapidement vous permettant d’assister à l’AG.


Des chercheurs de l’Institut Pasteur et du CNRS, en collaboration avec des équipes de l’IRD, de l’Université Claude Bernard Lyon 1 et du CIRMF au Gabon, viennent de démontrer que l’exposition à différentes bactéries au cours du développement des larves de moustiques (Aedes aegypti) se répercute sur leur aptitude à devenir vecteurs d’arbovirus au stade adulte. Ces résultats apportent la première preuve empirique que le microbiote larvaire peut influencer l’aptitude d’un moustique adulte à transmettre des pathogènes humains. Cette étude, publiée dans le journal scientifique Science Advances le 16 août 2017, représente une étape importante vers une meilleure connaissance du rôle joué par l’environnement dans le risque de maladies à transmission vectorielle.

> voir le communiqué

> télécharger le communiqué

> voir l'article

 

 

> Contact : Christophe PAUPY , Diego AYALA

 

 

 

 

 

Pour la Science No478 Août 2017

Les moustiques OGM ont-ils de l'avenir ?

 

 

Le lâcher dans la nature de moustiques génétiquement modi és pourrait contribuer à réduire les maladies transmises par ces insectes, responsables de un million de décès chaque année. Le 7 juin dernier, le Haut conseil des biotechnologies (HCB) a recommandé d’évaluer de manière approfondie cette approche tout en informant les populations.

 

Propos de Frédéric DARRIET recueillis par Jean-Jaques PERRIER

 

> voir l'article

 

> Contact : Frédéric DARRIET