Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.

Picture of a mosquito in Cameroon

[ Accueil ] [ Recherche ] [ Membres ] [ Infrastructure ] [ Partenaires ] [ Publications ]

Experimental hut Field work in La Lopé National Park

Systematique et Evolution

Parmi la très grande diversité d’arthropodes hématophages, seule une minorité présente un intérêt médical, car capable d’assurer la transmission d’agents infectieux. Il est primordial de pouvoir les identifier sans ambiguïté  afin de développer des stratégies ciblées de lutte anti-vectorielle. En ce sens, l’équipe ESV maintien et renforce les compétences en systématique, en particulier sur certains  groupes emblématiques de vecteurs que sont les moustiques et les phlébotomes. L’équipe utilise les approches classiques de morphologie et de morphométrie, mais aussi des outils moléculaires pour la réalisation d’inventaires biologiques, ou la description de nouvelles espèces. Elle développe et met en œuvre de nouvelles méthodes d’identification des vecteurs. Elle s’appuie sur une collection d'arthropodes d'intérêt médical (Arim) comprenant plus de 3 000 espèces issues de divers groupes de vecteurs et nuisants (https://arim.ird.fr/). Par ailleurs, l’équipe s’intéresse aux relations génétiques entre les différents taxons et en particulier aux processus évolutifs permettant ou non la différenciation d’espèces nouvelles.

Changements anthropiques, Emergence et Adaptation

Dans le contexte actuel de globalisation des ressources et des personnes, les insectes vecteurs doivent faire face à des stress anthropiques majeurs : modification des habitats, pollution, pesticides, changements climatiques. Ces pressions de sélection peuvent conduire à la modification de la transmission d'agents infectieux, et à des changements sur les risques liés à ces nouvelles dynamiques. Pour apprehender ces processus l'équipe ESV développe des programmes de recherche visant à étudier l’évolution des vecteurs afin de comprendre leur capacité d’adaptation et le risque d’émergence de nouvelles maladies.

Physiologie et Comportement des Vecteurs

Les succès évolutifs des insectes vecteurs reposent, notamment, sur leur capacité à mettre en place des ajustements physiologiques et/ou comportementaux leur permettant de répondre de manière optimale aux différentes pressions de sélection qui s’exercent sur leurs populations. Cette plasticité phénotypique leur confère un caractère ubiquiste, dans l’espace et dans le temps, qui est au cœur de leur capacité à transmettre les pathogènes. En utilisant les outils de la biologie moléculaire, de l’écologie chimique, de la métabolomique ou de l’éthologie, l’équipe ESV caractérise le comportement et la physiologie de populations de vecteurs issues de différents contextes évolutifs. Nous cherchons ainsi à comprendre et à mettre en lumière les mécanismes d’interaction entre ces populations et leurs écosystèmes et, donc, à identifier de nouvelles cibles pour leur contrôle.

 

Strategies de Lutte Anti-Vectorielle

 

Immunologie de la Transmission

Notre équipe s’intéresse à l’étude des relations entre l’homme et les insectes vecteurs. Le contact homme-vecteur est caractérisé par la sécrétion de salive au cours de la piqûre du repas sanguin de l’insecte hématophage sur un hôte vertébré. La salive des insectes vecteurs est le support biologique de ces relations homme-vecteur. Les protéines salivaires, par leurs propriétés pharmacologiques et immunologiques, sont indispensables au bon déroulement du repas de sang de l’arthropode et sont injectées à l’homme à chaque piqûre (infectante ou non infectante). Certaines de ces protéines salivaires présentent des propriétés immunogéniques et sont capables, en particulier, d’induire une synthèse d’anticorps (Ac) chez l’homme. L’étude de ces protéines et de leurs propriétés immunogéniques permet ainsi de mieux comprendre les relations homme-vecteur et peut ainsi aboutir au développement de nouvelles stratégies de lutte (vaccin, immunomodulation, biomarqueur d'exposition). Cet état de connaissance permet de penser que l’étude de la réaction immunitaire de l’homme vis-à-vis des protéines salivaires sécrétées lors de la piqure des insectes vecteurs pourrait aboutir à une meilleure évaluation de l’exposition au vecteur et de son rôle dans la transmission des pathogènes associés. 

Dimensions sociales et spatiales des maladies vectorielles et de la lutte

Les maladies, leurs différents vecteurs, les manières de les prévenir ou de les traiter et enfin les politiques de lutte, sont étroitement dépendantes des contextes culturels, sociaux ou encore géographiques dans lesquelles elles se développent. Les représentations culturelles, la logique des acteurs sociaux et les pratiques qui en découlent sont susceptibles de moduler localement l’efficacité des différentes méthodes préventives ou des stratégies et politiques de lutte. Pour appréhender ces questions, l’équipe ESV s’est dotée d’un groupe de recherche en sciences humaines et sociales qui ambitionne d’étudier les dimensions sociales et spatiales des maladies, des outils utilisés pour la prévention et des politiques de lutte.