Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.

Picture of a mosquito in Cameroon

[ Accueil ] [ Recherche ] [ Membres ] [ Infrastructure ] [ Partenaires ] [ Publications ]

Larves pirogues Field work in La Lopé National Park Field work in La Lopé National Park

Changements anthropiques, Emergence et Adaptation

Présentation

Les changements globaux, d’origine anthropique, sont à l’origine de modifications environnementales majeures (déforestation, aménagements hydro-agricoles, urbanisation, climat…) altérant la niche écologique d’un grand nombre d’insectes vecteurs, ou en créant de nouvelles. Par ailleurs, l’augmentation exponentielle des échanges de biens et des personnes facilite le transport de vecteurs invasifs aux échelles continentales et transcontinentales. En réponse à ces changements, les vecteurs s’adaptent et in fine modifient l’épidémiologie des agents infectieux qu’ils transmettent, voire permettent l’émergence de nouveaux pathogènes. C’est autour de ce thème “Changements Anthropiques, Émergence et Adaptation ” (CAEA) que l'équipe développe des programmes de recherche visant à étudier l’évolution des vecteurs afin de comprendre leur capacité d’adaptation et le risque d’émergence de nouvelles maladies.

Les membres de l'équipe réunis autour de CAEA développent des recherches multidisciplinaires intégrant des approches de génétique, d'écologie évolutive, de compétence vectorielle et de modélisation appliquées aux moustiques vecteurs du paludisme (Anopheles) et d’arboviroses (Aedes). En dehors de son implantation principale à Montpellier, les programmes de recherche CAEA sont développés principalement en Afrique, et particulièrement en Afrique Centrale (Gabon, Cameroun) où plusieurs membres de l'équipe sont affectés. D'autres projets collaboratifs sont mènes également dans d’autres pays de ce continent (Sénégal, Burkina Faso, et Côte d’Ivoire) ainsi qu'en Amérique tropicale (Brésil).

Défis

Dans le contexte actuel de globalisation des ressources et des personnes, les insectes vecteurs doivent faire face à des stress anthropiques majeurs : modification des habitats, pollution, pesticides, changements climatiques. Ces pressions de sélection peuvent conduire à la modification de la transmission d'agents infectieux, et à des changements sur les risques liés à ces nouvelles dynamiques. Pour apprehender ces processus, deux axes thématiques de recherche sont développés :

Objectifs

Axe 1 : Adaptation à de nouveaux habitats.

  • Modalités d’invasion et d’adaptation de vecteurs anthropiques aux environnements forestiers (complexe Anopheles gambiae, Aedes albopictus et Aedes aegypti) ;
  • Mécanismes physiologiques et génétiques d'adaptation des Anopheles vecteurs du paludisme aux stress environnementaux (salinité, pollution, aridité) permettant l'invasion de nouvelles niches écologiques (milieux urbains, côtiers, arides).

Axe 2 : Risque de transfert d'agents infectieux zoonotiques.

  • Conséquences épidémiologiques de l’invasion d’Aedes albopictus en milieu selvatique ;
  • Entomofaune hématophage cavernicole ;
  • Vecteurs de Plasmodium simiens ;
  • Risque de transmission vectorielle du virus EBOLA.