Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.

 

Offre de stage de M2 à MIVEGEC, Montpellier sur la transmission de la dengue

Déterminer la fonction des exosomes salivaires d’Aedes aegypti dans la transmission des arbovirus

 

 

Encadrant : Dr. Julien Pompon ; publications

Envoyer son CV et lettre de motivation à  : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lieu : MIVEGEC- UMR IRD/CNRS/UM

Les arbovirus transmis par les moustiques menacent plus de la moitié de la population humaine mondiale, du fait de la répartition grandissante des vecteurs. En l’absence de vaccin efficace et de traitement curatif, l’objectif du projet est d’identifier une nouvelle cible pour bloquer la transmission.

La transmission des virus se fait lors de la piqûre par le moustique. Notre équipe et d’autres ont montré que les composés de la salive influencent de façon déterminante l’infection de la peau, laquelle est nécessaire pour déclencher une infection systémique.

Ici, nous entreprenons une nouvelle approche en étudiant les exosomes (vésicules extracellulaires) présents dans la salive de moustique. En effet, nous avons identifié que les exosomes salivaires contiennent un composé viral qui inhibe l’immunité. Nous faisons l’hypothèse que le virus utilise les exosomes salivaires pour sécréter un inhibiteur de l’immunité afin de limiter la réponse immunitaire de la peau au moment de la piqûre, favorisant ainsi l’initiation de l’infection et la transmission. Ces exosomes pourraient représenter une cible idéale pour bloquer la transmission.

L’étudiant/e utilisera des techniques de biologie moléculaire, biologie cellulaire, biochimie et d’entomologie. Le projet s’articule en trois axes :

1. Déterminer l’impact des exosomes sur l’infection des cellules de la peau.

L’étudiant/e purifiera les exosomes du moustique à partir d’un modèle in vitro préalablement établi en utilisant l’immunoprécipitation. Il/Elle supplémentera des cellules de peau avec différentes concentrations d’exosomes avant d’infecter par le virus de la dengue (DENV), et mesurera l’impact sur l’infection.

2. Décrire la réponse des cellules de la peau aux exosomes.

Il/Elle mesurera la réponse immunitaire de la peau face l’infection avec ou sans supplémentation d’exosomes en quantifiant l’expression génique par RNA sequencing.

3. Caractériser la fonction de la réponse de la peau aux exosomes.

Les gènes régulés par l’ajout d’exosomes seront inhibés par RNAi silencing dans les cellules de la peau avant l’infection. Nous observerons ensuite l’impact de l’inhibition génique sur l’infection.