Votre navigateur est trop ancien pour afficher correctement ce site. Ceci en est la version simplifiée.

 

 

Résumé

Les Trypanosomatidés Leishmania spp., Trypanosoma cruzi et Trypanosoma brucei sont des protozoaires parasites responsables de pathologies humaines, dont le cycle de vie alterne entre un insecte vecteur et un hôte vertébré. Ces pathogènes ont développé différentes stratégies pour assurer leur survie chez leurs hôtes. Des facteurs de sécrétion permettent aux parasites de modifier leur environnement, de moduler la réponse immune de l'hôte, et d'envahir les cellules hôtes. Les protéines sécrétées représentent donc des cibles potentielles pour la conception de nouvelles thérapies et/ou de nouveaux vaccins. Nous avons développé une approche basée sur des analyses bioinformatiques afin d'identifier des protéines conservées chez les Trypanosomatidés, impliquées dans la voie de sécrétion classique (dépendante du réticulum endoplasmique et de l'appareil de Golgi). Cette méthode nous a permis d'identifier trois nouvelles protéines conservées, sécrétées dans le milieu extracellulaire. L'étude des propriétés biologiques de ces protéines suggère que l'une d'entre elles est impliquée dans un processus favorisant la survie du parasite Leishmania et sa réplication à l'intérieur de la cellule hôte. Les études portant sur l'immunogénicité des protéines sécrétées par T. cruzi ont montré que l'une des protéines est très antigénique chez l'homme. L'ensemble de ces résultats démontre l'utilité des analyses bioinformatiques couplées à des tests fonctionnels pour l'identification de nouvelles protéines sécrétées, représentant des facteurs de virulence ou des facteurs antigéniques potentiels des Trypanosomatidés. Ces résultats sont discutés à la lumière de récents travaux apportant des éléments de réponse sur les mécanismes de sécrétion à l'origine de l'"exoproteome" de Leishmania. Une meilleure connaissance de la complexité du sécrétome et de l'exoprotéome des Trypanosomatidés constitue un élément majeur vers la compréhension des interactions hôte-parasite chez ces pathogènes.

Retour